Le 5 juin dernier, le cabinet PCS Avocat a été invité au sein des locaux de la société Wanadev afin d’échanger avec plusieurs professionnels du secteur sur les enjeux liés à l’utilisation de systèmes d’intelligence artificielle par des professionnels du secteur vidéoludique.

Etaient présents pour échanger sur ces sujets Samuel Patou, directeur de projet informatique notamment en matière d’IA au sein du groupe Adeo, Nicolas Nguyen, fondateur de Semji, solution d’IA permettant de produire et optimiser les contenus web, Come de Percin, fondateur de Wanadev et Alexandre Daubois, lead développer.

De nombreuses questions de professionnels ont porté sur les incidences juridiques de l’utilisation de ces outils. PCS Avocat est déjà intervenu à l’occasion d’une formation dédiée aux agences de conseil en marketing et communication sur le thème de l’intelligence artificielle et la propriété intellectuelle.

Le temps d’échanges ultérieurs a permis la rencontre des différents professionnels du secteur partageant leurs expériences et interrogations Quant aux différents aspects techniques et juridique lié à l’intelligence artificielle.

Cet événement fut également l’occasion de pouvoir découvrir le dernier titre de jeux vidéo proposés par la société Wanadev : « Vestiges : Fallen Tribes ».

Retrouvez en ligne l’intégralité du Meetup.

2024.06.05 – Meetup Wanadev Du concept a lapplication lIA en Action 1

Droit des jeux vidéo : intelligence artificielle

Juridiquement, la notion d’intelligence artificielle et les outils le mettant en place ne bénéficie pas d’une définition claire et homogène. De fait, les distinctions entre intelligence artificielle algorithmiques d’un côté et machines de deep learning de l’autre complexifient grandement la qualification des systèmes d’IA et leurs régimes respectivement applicables.

Comme souvent, les nouvelles technologies se développent plus vite que le cadre réglementaire adéquat pour ces dernières. C’est dans une logique de co-régulation que l’ensemble des acteurs participe à la mise en place de bonnes pratiques et la protection des utilisateurs.

Utilisation de l’intelligence artificielle par les studios de jeu vidéo

L’industrie du jeu vidéo a rapidement tirer profit de l’utilisation de systèmes d’intelligence artificielle dans des domaines variés :

  • Compte tenu des coûts de développement des titres de jeux vidéo, leur durée de vie et d’utilisation par les joueurs constitue un enjeu majeur. Des algorithmes d’intelligence artificielle ont pu être développés pour étudier et influer sur le comportement des joueurs afin d’optimiser leur expérience de jeu.
  • Le développement de personnages non-joueurs a également été largement favorisé des outils d’intelligence artificielle de machine learning qui ont pu proposer des personnage non-joueur plus réalistes et expressifs, favorisant à nouveau l’expérience la plus immersive du jeu vidéo.
  • Plus récemment, plusieurs studios de jeux vidéo ont également pu faire appel à l’IA afin de générer plus rapidement des contenus artistiques – codes informatiques, éléments graphiques, textes, sons, bruitages – afin d’accélérer la production des jeux vidéo.

Sorti en début d’année 2024 le jeu « PalWorld », édité par le développeur japonais Pocket Pair, a été plongé au cœur d’une polémique concernant des ressemblances considérables des contenus du jeu avec des créations de l’univers Pokémon : l’éditeur avait ainsi confessé avoir généré de nombreux personnage sur son jeu vidéo grâce à des outils d’intelligence artificielle dont on peut facilement imaginer les modèles utilisés pour son développement.

2024.06.05 – Meetup Wanadev Du concept a lapplication lIA en Action 2
Palword, un jeu vidéo développé avec l’intelligence artificielle

Bases de données, IA et jeux vidéo : Que peut-on utiliser et que peut-on protéger ?

La constitution de base de données servant d’entraînement pour les outils de machine learning se confronte d’une part aux règles de propriété intellectuelle associées audit base de données constituées et d’autre part à l’obtention des licences nécessaire pour une telle utilisation.

Le « data mining » a bénéficié depuis 2019 d’un régime d’exception aux droits d’auteur et producteur de bases de données permettant l’analyse massive de textes et de données, ceci est afin de favoriser l’Open data. À défaut de l’exercice d’un droit d’opposition par l’auteur, cette « fouille » de données est par principe autorisée.

Les développeurs de jeux vidéo souhaitant utiliser de tels systèmes d’intelligence artificielle doivent ainsi être vigilants sur les informations relatives aux bases de données utilisées pour l’entraînement des IA, afin de veiller ou prévenir les risques de contrefaçon, de parasitisme, de violation de secret et confidentialité.

Contentieux et licence de banques de données

Un contentieux important se développe ces dernières années sur ce sujet : l’on peut citer la récente plainte du New York Times à l’encontre Open AI et Microsoft pour violation de droit d’auteur associés à leurs contenus de presse. En matière d’image, un contentieux similaire confronte plusieurs artistes aux banques d’intelligence artificielle « Midjourney », « Stability AI » et « DeviantArt » imposant à ces derniers une procédure de divulgation de leurs bases.

Les gérants d’outils d’intelligence artificielle se confronte ainsi un litige opposant déjà les moteurs de recherche avec les groupes de presse.

Dans ce contexte, une proposition de loi américaine envisage d’imposer aux entreprises de divulguer les données d’entraînement de leur modèle d’intelligence artificielle générative s’appliquant rétroactivement à celle déjà mise à la disposition du public.

Des négociations en vue de l’octroi de licences d’utilisation sont actuellement en cours, prédisant l’avenir du fonctionnement de l’écosystème d’intelligence artificielle.

2024.06.05 – Meetup Wanadev Du concept a lapplication lIA en Action

Jeux vidéo et intelligence artificielle : les pièges juridiques

La propriété des créations générées par des outils d’intelligence artificielle soulève également de nombreuses interrogations.

A priori, les créations générées par une intelligence artificielle ne serait éligible à la protection du droit d’auteur, ces dernières ne respectant pas les conditions d’originalité telles que prévues par le code de la propriété intellectuelle, aggravé par la difficulté d’identifier un auteur marquant la création par sa personnalité.

Il serait toutefois envisageable de reconnaître à l’addition à l’utilisateur d’un outil d’intelligence artificielle la qualité d’auteur dès lors qu’il arriverait à justifier l’intégralité des démarches personnelles qu’il a effectuées dans le cadre de la réalisation de l’œuvre avec l’aide d’un outil d’intelligence artificielle.

Dans le cadre de développement de jeux vidéo, de nombreux éditeurs imposent dans leur contrat des clauses stipulant explicitement l’interdiction pour les développeurs de faire appel à des outils d’intelligence artificielle. D’un point de vue probatoire, il semble très compliqué de pouvoir à ce jour rapporter la preuve de l’utilisation d’outils d’intelligence artificielle dans la production de contenu, notamment en matière de codes informatiques.

S l’on peut admettre qu’un risque juridique existe quant à une exploitation ou re-exploitation de contenus protégés par la propriété intellectuelle, seul un accès aux bases de données desdits outils permettrait de connaître avec fiabilité les œuvres protégées, potentiellement utilisées.

Intelligence artificielle et données personnelles

En matière de protection de données personnelles, la réglementation applicable (RGPD) impose à l’ensemble des professionnels collectant et traitant ces données de garantir l’information et l’exercice de droit des personnes concernées dans les conditions prévues par les textes. Pour rappel, ces derniers incluent notamment les droits d’accès, de rectification, de portabilité voire d’effacement et de suppression.

Il apporte également aux développeurs de veiller à ne collecter que les données jugées pertinentes pour le développement de leurs produits. Tenue à une obligation de sécurité à la protection des données personnelles, les studios doivent faire l’objet d’une vigilance particulière.

Enfin, une utilisation dévoyée des outils d’intelligence artificielle pouvant servir à utiliser les Deep fakes pourrait exposer les développeurs à des sanctions civiles et pénales.

2024.06.05 – Meetup Wanadev : Du concept à l’application : l’IA en Action

Avocat – Droit des jeux vidéo

Spécialisé en droit du numérique, le cabinet PCS Avocat accompagne depuis plus de dix ans les éditeurs et studios de jeux vidéo sur l’ensemble des problématiques juridiques associées à leurs activités. Nous accompagnons et formons l’ensemble des professionnels aux nouveaux outils d’intelligence artificielle

Le 6 juin dernier, l’École des Avocats de Bordeaux (EDA Aliénor) a proposé une nouvelle formation à destination des jeunes avocats souhaitant maîtriser les outils numériques essentiels pour leur pratique professionnelle.

Elle s’inscrit dans le cadre d’un cycle de formations consacrées au droit du numérique incluant courant septembre 2024 :

Cette formation, animée par Maître Pierre-Xavier Chomiac de Sas, explore les enjeux de la numérisation de la société et des professionnels du droit, mettant en avant des enjeux négligés ou mal appréhendés notamment concernant les risques de cybersécurité ou les opportunités impressionnantes proposées par les solutions d’intelligence artificielle.

Nous remercions à nouveau l’ensemble des confrères présents à cette formation ayant permis attendez échange et d’interaction particulièrement fructueux.

Outils numériques des professions juridiques : cybersécurité et intelligence artificielle

La révolution numérique a transformé notre société et impacte nécessairement l’ensemble des professions juridiques. Rappelant les avancées technologiques et leur impact sur la société, PCS Avocat a mis en avant la transformation numérique des cabinets assistés par des outils en ligne variés touchant l’ensemble des secteurs juridiques touchant aussi bien les activités de conseil que de contentieux :

  • Dématérialisation des échanges entre avocats et juridictions ;
  • Bases de données juridiques en ligne en matière de jurisprudence et de doctrine ;
  • Création de plateformes en ligne d’actes administratifs – création, modification, publication d’actes de société et droit des affaires ;

Cybersécurité et Données personnelles. Ces dernières années ont vu une explosion du nombre d’attaques informatiques sous des formes variées : (spear)phishing, ransomware, attaque ddos, etc. Ces dernières touchent aussi bien les particuliers que les sociétés et entreprises. Les cabinets d’avocats sont ainsi touchés à la fois par les attaques indifférenciées visant l’ensemble de la population et par des entités plus spécialisées intéressé aux données particulièrement sensibles que les cabinets d’avocats sont susceptibles de conserver dans le cadre de leur mission de conseil auprès de leurs clients.

Les cabinets d’avocats doivent également veiller au strict respect de la protection des données personnelles de leurs clients et partenaires conformément aux dispositions réglementaires du RGPD.

Tenus au secret professionnel, les avocats doivent faire preuve d’une très grande vigilance et attention dans la mise en place des protocoles et procédures opportunes et nécessaires.

Intelligence artificielle. Les outils fondés sur des technologies d’intelligence artificielle – algorithmiques ou machines learning apparaissent incroyablement prometteurs pour assister et optimiser l’activité des avocats.

Publicité & communication de l’avocat

La communication numérique de l’avocat est un vecteur majeur de visibilité pour la présentation et promotion des activités des cabinets. La formation a permis de présenter les différents sujets liés à la liberté de communication portée par les relativement récentes décisions des juridictions européennes et le contrôle de proportionnalité attaché ainsi que l’évolution des règles en matière de publicité.

Règles déontologiques applicables

En matière de publicité, les avocats sont tenus au même titre que tout particulier ou société au respect des dispositions légales applicables en la matière :

  • Règles liées aux pratiques promotionnelles et protection du consommateur, portées notamment par le Code de la consommation ;
  • Règles en matière de publicité réglementée pour des produits et services particuliers ;
  • Règles civiles et pénales liées à la responsabilité éditoriale ;
  • Dispositions réglementaires et légales en matière de protection des données.

En tant que profession réglementée, les avocat ps sont également tenus de respecter un certain nombre de règles spécifiques dans le cadre de leur communication. Ces dernières sont t’énoncer au sein du Règlement Intérieur National à l’article 10.

En synthèse, la communication de l’avocat est régie par un double principe d’identification de l’auteur de la publicité et d’information sincère et loyal quant à ses contenus. Des mentions prohibées sont par ailleurs énoncées reprenant de nombreuses interdictions déjà présente dans les dispositions légales applicables aux entreprises.

La variété des moyens de communication des avocats sur internet a été analysé à travers l’étude de différents supports de diffusion :

  • Le site internet de l’avocat ;
  • Les sollicitations personnalisées proposées à des justiciables ou clients ;
  • Les offres de services de plateformes d’actes commerciaux d’avocats ;
  • L’intégration d’annuaire et plateformes de référencement, etc.
  • L’utilisation des réseaux sociaux.

Utilisation des Réseaux Sociaux par les Avocats : Stratégie marketing

Les réseaux sociaux prennent une part considérable des contenus numérique publié et consommer en 2024. La variété des réseaux sociaux de leur contenu de leur public et de leur système algorithmique implique nécessairement pour l’avocat une étude précise de ces objectifs afin de bâtir une stratégie de communication efficace.

Ont pu être ainsi évoqué hé un certain nombre de situations concrète associé à la publication d’avocats sur les réseaux sociaux. Ces dernières soulèvent des problématiques intéressantes notamment en matière de propriété intellectuelle, de protection du secret professionnel, de publication destinée à garantir la stricte protection des intérêts des clients, hé la mise en avant de compétences ou d’informations juridiques notamment à travers des systèmes d’infographie ou de legal design.

Avocats “Influenceurs”

La fin de la formation a été consacré à l’émergence de confrères sur les réseaux sociaux dont la notoriété et l’influence leur permet de bénéficier du statut nouveau d’avocats influenceurs.

Cette nouvelle pratique soulève un enjeu majeur pour la profession d’avocat dans les conditions d’exercice implique obligatoirement le strict respect d’un principe d’indépendance et l’interdiction de l’exercice d’une activité commerciale : un avocat peut-il se comporter comme un influenceur commercial au sein des réseaux sociaux ?

PCS Avocat – Communication & Publicité

PCS avocat conseil assiste les professionnels sur les problématiques liées à la communication et plus généralement aux droits du numérique depuis plusieurs années dispensant des formations sur l’ensemble de ces thématiques de manière répétée au sein de différentes universités entreprises et instituts de formation des avocats.


Cette formation permet d’acquérir des compétences essentielles pour naviguer dans le monde numérique en tant qu’avocat. N’hésitez pas à contacter le cabinet plus d’informations !


Pour toute demande d’information ou d’assistance, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact ou à l’adresse px@chomiacdesas.com.  

Pour la troisième année consécutive, Me Chomiac de Sas a été invité dans le cadre des formations déontologiques proposées par l’ACE-JA pour présenter les règles encadrant la communication et la publicité de l’avocat

PCS Avocat a pu présenter les enjeux contemporains liés à la profession des avocats notamment à travers l’utilisation des outils numériques et les risques associés.

Une présentation des moyens de communication numérique – site internet, réseaux sociaux, sollicitation personnalisée, activités commerciales connexe et accessoires – ont successivement été évoqués alertant les confrères sur les mauvaises pratiques de la profession.

Me Chomiac de Sas intervient fréquemment sur les sujets liés aux règles déontologiques, spécifiquement en matière de communication et publicité des avocats en ligne et sur les réseaux sociaux.

Retrouvez l’ensemble de nos formations et guides sur ces thèmes.

Intelligence artificielle – Xavier Niels et Pierre Hoffman

Le 28 mai 2024, le Barreau de Paris représenté par son bâtonnier Pierre HOFFMAN p a organisé une conférence sur le thème de l’intelligence artificielle – IA et la place de l’avocat dans le développement et l’exploitation de ces nouveaux outils. Baptisée « à bâtons rompus : l’IA et les avocats! », la conférence a bénéficie de la présence inestimable de Monsieur Xavier Niel, apportant s on expérience et sa vision sur ces thématiques.
Ont pu être abordées des questions relatives à la justice prédictive, à l’éthique de l’avocat, à la formation, à l’importance de savoir poser la question, aux biais nécessairement utilisés dans les algorithmes proposés, aux opportunités proposées par l’IA mais aussi aux défis face à cette intelligence …

« De chat gpt aux startups de demain, de STATION F à Incubateur du Barreau de Paris
Bravo à l’Incubateur et à ses membres Mathieu Bui Debora Cohen Pierre-Xavier Chomiac de Sas Arnaud Jambon Dounia Benzekri Eric Le Quellenec« 

2024.05 Conference IA Intelligence artificielle et Avocat 2

Intelligence artificielle – Incubateur du Barreau de Paris

Afin d’assurer, d’une part, une compréhension des nouveaux services technologiques proposés par les LegalTechs et, d’autre part, une implication des instances ordinales dans ce secteur, le Barreau de Paris a créé, en 2014, l’Incubateur du Barreau de Paris (IBP) destiné à guider et accompagner l’innovation juridique au sein de la profession d’avocat.

Depuis cette date, l’IBP a diversifié ses activités : en plus des travaux initiaux sur les enjeux juridiques de la numérisation de la société de nouvelles activités à travers l’organisation d’évènements et de conférences sur ces thématiques, l’IBP a mis en place le premier programme d’incubation de startups du droit à destination des avocats.

Chaque année, l’Incubateur accompagne, avec son réseau de partenaires et avec le soutien de prestataires spécialisés, plusieurs projets lancés par des confrères parisiens apportant une innovation technologique dans l’accès à la justice ou dans les services à destination des cabinets d’avocats : accessibilité de l’information juridique, aide à la conformité RGPD, calcul de préjudice corporel, mise en relation clients ou entre professionnels, etc.

Deux mouvements contraires dans les projets qui ont pu être accompagnés par l’IBP sont apparus :

  • L’innovation dite « IN » : projets améliorant la productivité et/ou la rentabilité de l’avocat ou du cabinet porteur de projet et donc, principalement, à destination de sa clientèle existante ou potentielle, ,
  • L’innovation dite « OUT » : projets pouvant être utilisés par d’autres confrères ou d’autres acteurs du marché du droit.

La force des legaltechs incubés vient des avocats porteurs du projet s’appuyant sur leurs domaines de compétence pour apporter une expertise légitime et une expérience aiguë en la matière, consolidé par les garanties apportées par les règles applicables de la profession notamment en matière de secret professionnel.

2024.05 Conference IA Intelligence artificielle et Avocat 3 1

Projets incubés. Depuis 2018, une trentaine de projets de legaltechs, portés par les avocats, ont bénéficié de l’accompagnement de l’Incubateur du Barreau de Paris. Certains incubés ont depuis quitté la robe pour se consacrer pleinement au développement commercial de leurs solutions, d’autres l’intégrant pleinement dans leur pratique quotidienne.


Amaury Sonet Nejma Labidi Vanessa Bousardo Benjamin Pitcho Annabel Boccara Thierry Gontard Valérie ROSANO Christian Dargham

Très heureux d’avoir pu discuter avec Wooloo et Shaolan sur les thématiques des contrats esport à l’occasion d’un live twitch permettant de répondre aux interrogations des internautes. Ont pu être évoqués :  

  • Les différents contrats existants dans l’esport régulant les relations entre éditeurs, structures, joueurs, diffuseurs et organisateurs d’évènements ;
  • Le droit des joueurs et staff notamment la protection de leur santé ;
  • L’encadrement des verbal agreement, poaching et transfert de joueurs / buyout.

Fondé par Brieuc Seeger – journaliste esportif sur League of Legends et influenceur connu dans sous le pseudonyme « LEC Wooloo », Sheep Esports est une structure visant redéfinir le journalisme en matière d’esportif notamment sur la scène internationale.

Dans ce contexte, une intervention a été préparée en présence de Vincent « Shaolan » Bodelin, RH chez Fnatic, ancien gérant de la structure Mirage Elyandra et conseil en esport. Ce dernier a pu apporter son retour d’expérience au sein de grandes structures internationales au sein des circuits de LEC ainsi que son expertise en tant que RH dans le secteur.

Me Chomiac de Sas, spécialiste en droit du numérique et impliqué depuis dix ans dans le droit de l’esport a pu témoigner des pratiques et enjeux juridiques associés au secteur.

GNtAZMMWAAA2glB

Live Stream Twitch – Les contrats dans l’esport

Retrouvez le contenu des interviews  sur Twitch

Le 23 avril 2024, l’Ecole de Formation du Barreau de Paris a accueilli Me Chomiac de Sas dans le cadre d’une formation dédiée aux enjeux juridiques associées au développement et exploitation des outils de réalité virtuelle et/ou augmentée ainsi que l’utilisation d’univers virtuels également appelés « metavers »

Présentant les avancées technologiques remontant au XIXème siècle en matière d’expériences immersives, le séminaire s’est attaché à présenter la très grande diversité de plateformes en ligne existantes respectant les critères de qualification de metavers comprenant notamment : une univers persistant et synchrone accessible à un nombre important d’utilisateurs engagés dans une forme d’expérience socialisante, représentés sous forme d’avatars.

La formation fut l’occasion d’évoquer de très nombreuses utilisations des outils de réalité virtuelle ou augmentée notamment en matière automobile, de simulation sportive ou esportive ainsi que dans des formes plus ludiques ou pédagogiques.

Droit du numérique : Influenceurs, Esport, Metavers et Réseaux sociaux

Ces interventions poursuivent la participation de PCS Avocat au cycle de formations dispensées en début d’année par l’Ecole de formation du barreau de Paris sur les thèmes du droit du numérique.

Retrouvez nos autres interventions réalisées au sein de l’EFB :

Droit des jeux vidéo et Esport

Usages & pratiques Communication et déontologie de l’avocat

Droit des influenceurs

Avocats & réseaux sociaux

Un grand merci au personnel de l’EFB et les différents confrères ayant participé à notre intervention.

Le 22 avril dernier, Me Chomiac de Sas a proposé à l’attention des avocats du Barreau de Paris un séminaire présentant l’activité d’avocat confronté à l’utilisation des réseaux sociaux.

Au sein de l’EFB, la formation a présenté le cadre légal applicable à la communication et la publicité de l’avocat avant de présenter plus en détail les formes que cette dernière peut prendre : sollicitation personnalisée, site internet, activités commerciales connexes et réseaux sociaux.

Attaché à une plus grande utilisation des outils technologiques de la société contemporaine, l’utilisation des réseaux sociaux constituent un atout majeur pour les avocats sous réserve d’avoir préparé et identifier à la fois la stratégie de communication et les ressources mises en place pour sa réalisation.

Cela implique à la fois la définition des publications envisagées – information juridique, promotion des activités du cabinet, consolidation d’un réseau professionnel, etc. – et à la fois les réseaux sociaux pertinents pour véhiculer ces diffusion – Facebook, Twitter, YouTube, Twitch, Instagram, Snapchat, Tiktok, etc.  

Droit du numérique : Influenceurs, Esport, Metavers et Réseaux sociaux

Ces interventions poursuivent la participation de PCS Avocat au cycle de formations dispensées en début d’année par l’Ecole de formation du barreau de Paris sur les thèmes du droit du numérique.

Droit des jeux vidéo et Esport

Usages & pratiques Communication et déontologie de l’avocat

Droit des influenceurs

Avocats & réseaux sociaux

Droit des metavers & réalité virtuelle

Nous remercions l’ensemble des confrères présents en présentiel et a distance pour leur écoute et les interventions.

Le 22 avril dernier, Me Chomiac de Sas est à nouveau intervenu au sein de l’école de formation du barreau de Paris dans le cadre de ce séminaire dédié au droit des influenceurs.

A l’occasion de cette formation, de nombreuses problématiques ont pu être soulevées notamment en lien avec :

  • le statut des influenceurs et la structuration de leurs activités ;
  • la qualification des contrats par lesquels ces derniers sont tenus vis-à-vis des annonceurs et des agences ;
  • Le rôle complexe des réseaux sociaux, support et partenaires prioritaires des influenceurs ;

La récente intervention du législateur, à travers de nombreuses propositions de loi implémentée à travers la loi du 9 juin 2023, a permis d’apporter un cadre légal plus précis quant à l’activité dite d’ « influenceur commercial ».

De nombreux exemples pratiques ont par la suite pu être analysés évoquant notamment la question des deep fakes, de la cybersécurité des influenceurs, des pratiques de drop shipping, de l’activité d’influenceurs réalisé par des enfants mineurs ou encore la difficile qualification des traitements fiscales des formes de revenus des influenceurs.

Droit du numérique : Influenceurs, Esport et communication des avocats

Ces interventions poursuivent la participation de PCS Avocat au cycle de formations dispensées en début d’année par l’Ecole de formation du barreau de Paris sur les thèmes du droit du numérique.

Droit des jeux vidéo et Esport

Usages & pratiques Communication et déontologie de l’avocat

Droit des influenceurs

Avocats & réseaux sociaux

Droit des metavers & réalité virtuelle

Nous remercions l’ensemble des confrères présents qui ont permis à travers leurs interrogations et réflexions un temps d’échange particulièrement enrichissant.

Me Chomiac de Sas a répondu aux questions de France info dans le cadre d’une publication dédiée aux jeux olympiques et l’arsenal déployé pour sa surveillance. Notre analyse.

Retrouvez l’intégralité de l’article.

La préparation des prochains Jeux Olympiques de Paris a soulevé des enjeux considérables en matière de sécurité des épreuves et du public qui viendra y assister. Dans ce contexte, une série de dispositions législatives et réglementaires sont venues proposer à titre d’expérimentation l’utilisation d’outils de surveillance numérique dits algorithmiques ou biométriques destinés à exploiter les images de caméras de surveillance ou de drones embarqués.

Retrouvez notre

Consacrant un article sur les abus constatés dans la création de contenus d’influenceurs, Aurélien Defer et Louise Mohammedi ont interrogé Me Chomiac de Sas sur l’encadrement légal de telles pratiques et les risques associées au regard du droit du travail.

La requalification des prestations en contrat de travail, les qualifications pénales de travail dissimulé, d’harcèlement voire dans certains cas d’atteinte à la dignité humaine, le complexe traitement de la propriété intellectuelle sans encadrement contractuel sont autant de sujets soulevés par les révélations de cette affaire.

AAA

Minecraft & QSMP : Genèse d’un serveur communautaire

Le serveur privé QSMP issu de la licence du jeu vidéo « Minecraft » a été créé par un streamer mexicain « Quackity », proposant un module de traduction (écrite) en direct, permettant ainsi à des utilisateurs de différentes nationales de se rencontrer et d’échanger plus facilement. De même, la construction du serveur intègre de nombreuses fonctionnalité de gameplay pour optimiser l’expérience de jeu des participants.

Fort du succès du serveur, de nombreux influenceurs issus du secteur du jeu vidéo ont investi le serveur bénéficiant des fonctionnalités du jeu pour proposer un contenu vidéo-ludique original à leurs communauté. Plusieurs créateurs français avaient ainsi annoncé un partenariat officiel notamment Antoine Daniel, Baghera, Etoiles et Aypierre.

Jeu vidéo communautaire : le travail caché des fans d’influenceurs

Les créations, animations, maintenances et modération du serveur, organisé par Quackity et son entreprise Quackity Studios, sont délégué de manière communautaire à des équipes de bénévoles volontaires, fans et heureux de participer à la croissance du projet.

Toutefois les exigences et contraintes associées au fonctionnement du serveur ont progressivement dénaturé la nature des relations entre les volontaires et Quackity. Dans ce contexte, plusieurs d’entre eux dénoncent aujourd’hui avoir été exploités par l’entreprise en l’absence d’encadrement contractuel, de rémunération ou de conditions de travail définies.

Retrouvez le contenu de l’article depuis le site du Monde.